Automobile

Automobile

La Région de Casablanca-Settat constitue un hub de production pour l’Europe et pays émergents, elle compte une industrie automobile intégrée et structurée autour d’un véritable écosystème, avec l’ensemble des acteurs de la chaine de valeur et la chaine d’approvisionnement implantés au niveau de la région.

Ce secteur stratégique du Maroc, puisqu’il est le premier exportateur, attire les principaux acteurs mondiaux : Renault, SewsCabined, Saint Gobain, Léoni, mais aussi des champions nationaux : SAMIRA, SINFA…

L’existence de la SOMACA depuis 1959 à Casablanca, constitue un véritable noyau dur, autour duquel s’est construite une industrie automobile et une culture industrielle.

SOMACA a produit en 2016 son 500 000e véhicules depuis 2005, ce qui constitue une étape importante dans le Plan d’accélération industrielle 2014-2020.cette industrie à l’échelle nationale et régionale.

Outre le tissu industriel diversifié, la Région de Casablanca-Settat abrite 100% des unités de recherche et développement du Maroc, montrant le potentiel et les compétences des ingénieurs marocains.

Par ailleurs,  la région dispose d’une offre en formation qualifiante, avec plusieurs centres de formations assurés par l’OFPPT ainsi qu’un centre de formation spécialisé qui est L’IFMIAC.

Le secteur est organisé en association professionnelle, il s’agit de l’AMICA, assocaition qui veille aux intérêts de la filiale ainsi que son rayonnement et développement (http://www.amica.org.ma/).

Quelques industriels qui ont fait confiance au climat des affaires dans la région de Casablanca-Settat : Renault, Bontaz, Induver, Leoni, SewsCabined….

Ecosystème automobile :

Huit écosystèmes ont été mis en place, à ce jour, dans l’automobile:

  • « Câblage automobile »,
  • « Intérieur véhicule & sièges »,
  • « Métal/emboutissage »,
  • « Batteries automobiles »,
  • « Poids lourds et carrosserie industrielle »,
  • «Moteurs et transmission »,
  • « Écosystème Renault »,
  • « Écosystème PSA ».

Pour soutenir la productivité des opérateurs du secteur, un accompagnement adapté et des appuis ciblés sont apportés aux entreprises des écosystèmes en matière de financement (à travers le Fonds de Promotion des Investissements et une offre bancaire adaptée), de foncier industriel et de formation. L’écosystème Moteur et Transmission illustre le point d’inflexion que connait l'industrie nationale ; le Royaume a intégré, en un temps record, le cercle fermé des producteurs et des exportateurs de moteurs ; preuve à nouveau, du pas technologique que le Royaume a franchi. Le Maroc aura parcouru en seulement 14 ans, un chemin qui aura en moyenne nécessité 17 ans aux grands émergents.

Appuis aux écosystèmes du secteur

Un dispositif d’accompagnement intégré et novateur est mis en place au profit des entreprises des écosystèmes aéronautiques :

Un soutien financier adapté :
  • Subventions aux locomotives.
  • Primes aux premiers investissements dans les métiers pionniers définis par écosystème.
  • Appui financier aux investissements de création.
  • Soutien financier aux investissements d’extension.
Une offre de formation
  • destinée à qualifier des profils cibles avec l’octroi d’aides directes pouvant atteindre 6000 euros/personne.
Une offre de foncier locatif à des prix attractifs :
  • La zone franche « MidParc » offre une infrastructure de qualité et des services ad hoc.

Fonds de Promotion des Investissements (FPI)

Prévu par la Charte de l’investissement, le FPI propose la prise en charge partielle par le gouvernement de certaines dépenses liées à l’acquisition du foncier (dans la limite de 20% du coût du terrain), à l’infrastructure externe (dans la limite de 5% du montant global du programme d'investissement ou 10% lorsqu’il s’agit d’un investissement dans le secteur de la filature, du tissage ou de l’ennoblissement) et à la formation professionnelle (dans la limite de 20% du coût de cette formation).

Ces contributions peuvent être cumulées sans toutefois que la participation totale de l’Etat ne dépasse 5% du montant global du programme d’investissement ; ou 10% lorsqu’il s’agit d’un investissement dans le secteur de la filature, du tissage ou de l’ennoblissement du textile ou lorsque le projet d’investissement est prévu dans une zone suburbaine ou rurale.

Critères d’éligibilité :

Le projet d’investissement doit répondre à au moins l’un des cinq critères suivants :

  • être d’un montant supérieur ou égal à 100 millions de dirhams sur 3 ans
  • permettre la création d’un minimum de 250 emplois stables sur 3 ans
  • assurer un transfert de technologie
  • contribuer à la protection de l'environnement

Fonds Hassan II pour le Développement Economique et Social

Dans le cadre du Plan d’Accélération Industrielle (PAI), l’aide du Fonds Hassan II a été étendue au secteur des ICP. Ce Fonds accorde une contribution financière à hauteur de 15% du montant total de l’investissement, plafonnée à 30 millions de dirhams, se détaillant comme suit :

  • 10% du coût des bâtiments professionnels (à l’exclusion de toute autre contribution de l’Etat accordée à l’acquisition du foncier et/ou la construction des bâtiments professionnels) ;
  • 20% du coût d'acquisition des biens d'équipement neufs (à l’exclusion de toute autre contribution de l’Etat accordée à l’acquisition des biens d’équipement).

Peuvent bénéficier de la contribution du Fonds les nouveaux projets d’investissement (création ou extension) dont le montant total d’investissement hors taxes et droits d'importation est supérieur ou égal à 10 millions de dirhams, à la condition que le montant de l’investissement en biens d’équipement neufs et/ou d’occasion hors droit d’importation et taxes soit supérieur à 5 millions de .
Le dossier d’investissement doit comporter les documents suivants :

  • Les statuts de l’entreprise ;
  • La description détaillée du projet d’investissement;
  • Les références de l'investisseur ;
  • Le coût du projet et la précision des emplois générés ;
  • Le mode de financement du projet ;
  • Les plans d’architecture des bâtiments ;
  • L’attestation de métrage ;
  • La liste des biens d’équipements à acquérir, avec devis ;
  • Les plans d’installation des équipements à l’échelle, avec la désignation des équipements (en cohérence avec les listes d’équipements précitées) ;
  • L’échéancier de réalisation du projet ;
  • Le formulaire de la demande de bénéfice de la contribution du Fonds Hassan II dûment rempli.

Incitations fiscales

Des incitations fiscales sont prévues par le Code Général des Impôts et l’article 7.1 de la loi de finances n° 12-98 pour l’année budgétaire 1998-1999 tel que modifié et complété

Accompagnement des PME

Les PME du secteur peuvent bénéficier d’un accompagnement spécifique dans le cadre des programmes développés par l’Agence Nationale pour la Promotion de la Petite et Moyenne Entreprise (ANPME) :

En plus de l’offre de formation en ingénieurs et cadres en Middle Management, le secteur de l’industrie automobile dispose de plusieurs centres de formation OFFPT.

l’Institut de Formation aux Métiers de l’Industrie Automobile de Casablanca IFMIAC s’inscrit dans le cadre du Pacte National pour l’Emergence Industrielle (PNEI), signé sous la présidence effective de sa majesté le Roi Mohammed VI le 13/02/2009. Il est construit sur une parcelle du terrain située dans la zone industrielle de sidi Bernoussi 25000 m² dont 9520 m² comme superficie couverte. La gestion de l’IFMIA Casablanca est confiée à la société IFMIA SA créée par l’Association Marocaine pour l’Industrie et le Commerce de l’Automobile (AMICA) dans le cadre d’une convention de gestion déléguée conclue avec l’état.

L’IFMIA Casablanca a pour mission d’assurer :

  • La formation avant l’embauche (formation initiale) ;
  • Les formations qualifiantes à l’embauche ;
  • Les sessions de formation continue et de perfectionnement du personnel des entreprises du secteur de l’Industrie Automobile ;
  • Tout autre parcours de formation dans les métiers connexes aux métiers de l’Industrie Automobile au profit des opérateurs, des techniciens et du personnel d’encadrement intermédiaire ;
  • Les essais de laboratoire, la participation aux travaux de normalisation, l’assistance technique et le conseil aux entreprises du secteur de l’Industrie Automobile ;
  • L’IFMIA Casablanca participe, également, au développement de l’industrie automobile et au rayonnement international du Maroc dans ce secteur.

Des chèques formation sont donnés par l'état marocain aux opérateurs du secteur en guise d'encouragement du recrutement de profils, qu'ils devront former pour les adapter aux besoins spécifiques de cette industrie.

Barème de remboursement selon la nomenclature des profils en MAD
Niveau Formation à l’embauche     Formation continue
Cadre 33 000 33 000
Technicien 33 000 16 500
Opérateur 16 500 5 500

L’offre en zones industrielles pour l’industrie automobile est très variée, pour visualiser les différentes offres selon le besoin, la position géographiques et le mode de mobilisation des terrains/locaux industriels, prière de cliquer sur le lien suivant.


 

Karim Tazi est l’une des figures qui a su s’illustrer dans le secteur du prêt-à-porter au niveau national. Né à Meknès, c’est à Casablanca qu’il se lance dans le milieu de la mode.
Karim Tazi est l’une des figures qui a su s’illustrer dans le secteur du prêt-à-porter au niveau national. Né à Meknès, c’est à Casablanca qu’il se lance dans le milieu de la mode.
Karim Tazi est l’une des figures qui a su s’illustrer dans le secteur du prêt-à-porter au niveau national. Né à Meknès, c’est à Casablanca qu’il se lance dans le milieu de la mode.
Karim Tazi est l’une des figures qui a su s’illustrer dans le secteur du prêt-à-porter au niveau national. Né à Meknès, c’est à Casablanca qu’il se lance dans le milieu de la mode.
Karim Tazi est l’une des figures qui a su s’illustrer dans le secteur du prêt-à-porter au niveau national. Né à Meknès, c’est à Casablanca qu’il se lance dans le milieu de la mode.

E-services